Réagir face au danger turc

TRIBUNE LIBRE N°95 / novembre 2020

Par Savvas Kalenteridis [1]

Dans quelques jours aura lieu un sommet de l’Union européenne au cours duquel la question de la Turquie sera discutée afin de décider si des sanctions doivent être imposées à Ankara.

Le danger turc n’est pas nouveau. Mais l’erreur qui a été commise par la Grèce et Chypre est que nos deux pays ont cherché à y faire face seuls, sans mettre la question à l’ordre du jour de l’agenda de l’Union européenne, alors même que la Turquie représente pour notre continent une menace de premier ordre.

Athènes et Nicosie attendent désormais de leurs partenaires de l’UE qu’ils les appuient face à Ankara et cessent d’exiger d’eux, sans contrepartie, leur soutien pour des questions diplomatiques qui les concernent. Cette absence de solidarité réciproque affaiblit de facto leur position face à la Turquie.

La Grèce et Chypre, par leur connaissance des Turcs et leur expérience des confrontations avec eux, peuvent apporter beaucoup afin de permettre la prise de conscience du danger turc par l’Europe. Nous livrons ci-dessous quelques éléments essentiels de la stratégie turque destinée à déstabiliser l’UE.

1. Coopération avec les organisations terroristes islamistes

La Turquie s’est fait une spécialité de la coopération avec les organisations djihadistes qui œuvrent contre l’Occident.

– Premièrement, elle coopère depuis des années – et continue de le faire – avec les terroristes de l’État islamique, dont les dirigeants étaient basés en Turquie et ont collaboré avec la famille Erdogan dans le trafic et la vente de pétrole extrait des puits de pétrole syriens. La Russie a soumis un dossier particulièrement documenté sur ce sujet à l’ONU.

– Deuxièmement, Ankara coopère, forme et équipe des groupes terroristes islamistes, qu’elle utilise ensuite contre les Kurdes en Syrie, afin de procéder à leur expulsion des régions qu’ils occupent dans le nord de ce pays (Afrin, Al Bab, Gire Spi et Sere Kaniye), se livrant à un véritable nettoyage ethnique.

– Troisièmement, elle coopère, forme et équipe des groupes terroristes islamistes dans la région d’Idlib qu’elle occupe, ses troupes travaillant ouvertement avec ces groupes, notamment le Front al-Nosra, une branche d’Al-Qaïda, dont les camps sont situés à quelques kilomètres de la frontière turque dans le gouvernorat d’Idlib.

– Quatrièmement, elle coopère, forme, équipe et transporte des groupes terroristes islamistes en Libye, où elle les utilise pour établir un régime islamique sous contrôle turc dans ce pays. Cette question concerne directement l’UE car la Turquie joue le même jeu bien connu de trafic illégal de migrants musulmans vers l’Europe, dans le but d’augmenter le nombre et l’importance des communautés musulmanes sur le continent, pour en prendre à terme le contrôle.

– Cinquièmement, elle coopère, forme, équipe et transporte des groupes terroristes islamistes en Azerbaïdjan qui ont participé à la guerre du Haut-Karabakh et les a ensuite installés dans les territoires conquis, dans le but de modifier leur démographie et de procéder au nettoyage ethnique de la population chrétienne.

À l’occasion des récents attentats terroristes islamistes dans les pays de l’UE, il a été possible d’observer, qu’à défaut de pouvoir les applaudir, la Turquie s’est empressée de les justifier.

2. Trafic illégal organisé de musulmans étrangers

La participation des services de l’État turc dans le trafic illégal d’étrangers, en grande majorité de religion musulmane, vers la Grèce et Chypre, dans le but de changer la démographie de ces deux États, mais aussi celle des pays de l’Union européenne, est bien connue de tous et en particulier de FRONTEX. Les étrangers qui entrent illégalement en Grèce ont pour objectif de se rendre dans d’autres pays européens, d’y profiter des aides sociales et des allocations de l’État providence afin de satisfaire la clause du Coran qui leur demande de répandre l’Islam dans le monde entier.

Le gouvernement grec peut préparer et livrer aux pays de l’UE un dossier avec des faits et documents choquants, prouvant l’implication de l’État turc dans cette immigration et la coopération des services turcs avec les bandes de passeurs.

3. Action des organisations paraétatiques turques dans les pays de l’UE

La Grèce détient des preuves des activités des organisations paraétatiques turques dans les pays de l’UE, où elles sont impliquées dans le trafic de drogue et le terrorisme, que cela soit contre les Kurdes, les Alevis, les Arméniens ou les opposants au régime d’Erdogan.

4. Violation des droits de l’homme

La Turquie étant un pays candidat à l’adhésion à l’Union européenne, elle est tenue de se conformer aux critères de Copenhague ainsi qu’aux normes des droits de l’homme qui s’appliquent en Europe.

Il est inconcevable que l’UE ferme les yeux sur les violations répétées des droits de l’homme ayant lieu en Turquie, sur l’arrestation de journalistes, d’avocats, de médecins, de citoyens ordinaires, simplement parce qu’ils contestent le régime d’Erdogan.

Le dossier sur cette question, qui sera soumis aux États de l’UE à l’occasion du prochain Sommet, sera particulièrement volumineux.

5. Génocide politique des Kurdes

Pour terminer, il est essentiel d’évoquer la question de la persécution des Kurdes, car il s’agit peut-être du seul cas au monde où un État qui revendique avec arrogance l’égalité politique pour une minorité de 180 000 personnes à Chypre – soit 18% de la population de l’île -, ne reconnaît pas les mêmes droits à une autre minorité, celle-là de 20 millions de personnes, et la prive même de ses droits fondamentaux.

La Turquie refuse aux Kurdes jusqu’au droit à l’éducation dans leur langue maternelle, alors qu’ils vivent depuis des milliers d’années dans la région, tandis que les Turcs n’y sont que des envahisseurs arrivés postérieurement.

Il faut rappeler que le gouvernement turc, auquel Abdullah Ocalan fut remis à Nairobi en 1999, avait promis aux États-Unis qu’il permettrait aux Kurdes d’exercer des activités politiques et de s’exprimer. Mais Ankara n’a pas tenu parole : ces dernières années, l’État turc a arrêté et emprisonné les dirigeants du Parti démocratique des peuples (HDP), des dizaines de députés et des maires élus avec près de 80% des suffrages, qu’il a remplacé par des commissaires d’État. Il a également arrêté et emprisonné des milliers de politiciens du HDP et les membres d’organisations de masse représentant le peuple kurde.

Cette tragédie du nettoyage ethnique des Kurdes par Ankara doit cesser. Parce qu’ils n’ont pas leur propre État pour dénoncer les massacres et les violations de leurs droits, nous ne les laisserons pas seuls sous le joug des Turcs. Que les États-Unis, la Russie et l’Union européenne prennent leurs responsabilités et cessent de jouer à des jeux politiques sur le dos d’un peuple de 40 millions d’âmes.

*

Il est aujourd’hui essentiel que les dirigeants et les diplomates européens comprennent que le problème de la Turquie islamiste expansionniste d’Erdogan n’est pas seulement celui de la Grèce, de Chypre ou de l’Arménie, mais celui de l’UE. Il convient donc qu’ils se mettent en ordre de bataille à l’occasion du prochain sommet.

Jusque-là, ni Athènes ni Nicosie n’ont été entendus. Nos deux pays n’ont bénéficié ni de la compréhension ni du soutien des États membres de l’UE qui ont longtemps considéré que la « question turque » ne les concernaient pas. Heureusement – ou malheureusement – les événements internationaux survenus au cours de l’année 2020 viennent démontrer le contraire.

Il est temps que les choses changent…

Source : Centre Français de Recherche sur le Renseignement


[1] Ancien colonel (armée de terre) du renseignement grec ayant servi six ans en Turquie, aujourd’hui consultant en géopolitique pour les médias grecs et éditorialiste pour la presse écrite. Il est l’auteur de La reddition d’Abdullah Ocalan (2007) et co-auteur de MIT : Les services secrets turcs (à paraître en 2021).

L’Arménie, l’Artsakh et leur douleur

L’histoire du peuple arménien s’écrit en lettres de sang dans le grand livre de l’humanité. Entre 1894-1896, les provinces arméniennes de l’Empire Ottoman furent le lieu des premiers massacres de masse, puis en 1909, ce fut la ville d’Adana qui fut martyrisée, était-ce alors un crime imputable à l’ancien régime ottoman ou les prémisses de la politique « Jeune turque » envers la minorité arménienne ? Les déportations de 1915-1917 et l’extermination d’un million et demi d’Arméniens sur leurs terres ancestrales furent qualifiées de génocide selon la terminologie créée par le juriste Raphaël Lemkin. Ainsi en ce début du XXème siècle, une page tragique de l’histoire du peuple arménien s’écrivait en lettres de sang, mais malheureusement la fin de ce siècle devait parachever le chapitre la tragédie arménienne avec les massacres de Bakou et de Soumgaït commis par les frères des Turcs, les Azéris.

Avec l’éclatement de l’URSS en 1991, il était fort à espérer que les frontières dessinées en 1921 seraient renégociées et que l’Artsakh et le Nakhitchevan, arbitrairement donnés par Staline à l’autorité azerbaïdjanaise, seraient restitués à l’Arménie vu que la population de ces deux provinces était majoritairement arménienne. Néanmoins, il n’en fut rien. Bien au contraire, le Nakhitchevan fut vidé de sa population arménienne et l’Artsakh resta dans le giron azerbaïdjanais.

L’Azerbaïdjan, riche de son pétrole, put se doter d’un armement moderne et sophistiqué, bénéficier des conseils en stratégie de la Turquie, car selon le président turc Erdogan « Turcs et Azéris sont une seule et même nation ». La menace sur l’Arménie et l’Artsakh devenait de plus en plus imminente. Il faut se rappeler qu’en 2004, dans le cadre de la formation de l’OTAN, en Hongrie, un jeune soldat arménien avait été exécuté à la hache pendant son sommeil par un soldat azéri. En juillet dernier, la Turquie organisa des manœuvres militaires chez son frère azéri près de la frontière arménienne. Cependant, comment l’Occident a-t-il pu ainsi fermer les yeux sur toutes les exactions commises par l’Azerbaïdjan depuis plusieurs années ? 

Le 27 septembre, l’Azerbaïdjan, sous l’impulsion de la Turquie, dont le Président Erdogan rêve de reconstituer l’Empire Ottoman, attaquait l’Artsakh qui, après un référendum en 1992 s’était proclamé indépendant. Les forces d’Azerbaïdjan soutenues par des mercenaires djihadistes et encadrées par des généraux turcs prirent l’avantage sur la résistance arménienne grâce à leur armement sophistiqué, drones mais surtout à l’utilisation d’armes interdites comme les bombes à sous-munitions ou au phosphore. Malgré plusieurs cessez-le-feu rompus systématiquement par l’Azerbaïdjan et une défense héroïque des soldats arméniens, après 5 semaines de combats acharnés, une trêve fut signée entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan sous l’arbitrage de la Russie pour mettre fin au massacre des jeunes soldats arméniens.

Néanmoins, pouvons-nous espérer que cette fois la justice internationale fera son travail ? L’Azerbaïdjan devrait être jugé pour crime de guerre et crime contre l’humanité. De son côté, la Turquie qui a introduit ses « Loups gris » partout en Europe pour mener ses basses besognes et contrecarrer les actions des Arméniens en faveur de la reconnaissance pourrait être contrainte de rappeler sous peu toute sa horde car, à petits pas certes mais concrètement, la reconnaissance du génocide s’écrit dans le marbre de la loi.

Nersès Durman-Arabyan
Paris – 22/11/2020

La mort de Staline aurait-elle sauvé l’Arménie ?

Survie de l’Arménie

En 1933, Mir Jafar Baghirov remplace Ruben Ghougas Roubenov comme premier Secrétaire du parti communiste azerbaïdjanais sur ordre de Staline.

Il fait ses premières armes dans la politique comme président du Comité révolutionnaire de la région du Karabagh

Surnommé le « Staline local » de 1933 à 1953, Baghirov est l’auteur des purges de plus de 70 000 Azéris et Arméniens, citoyens d’Azerbaïdjan.

Il est arrêté et jugé, après la mort de Staline, pour complicité avec Béria, responsable de la sécurité de l’URSS.

Le procès-verbal du tribunal révèle le plan de Baghirov, de concert avec Staline, d’annexer le Daguestan à l’Azerbaïdjan afin de constituer une forte république islamique et d’organiser un exode massif d’Arméniens (depuis l’Arménie) vers des régions éloignées.

La diminution de la population d’Arménie, à moins d’un million d’habitants, aurait entrainé la perte de son statut de république d’après la constitution soviétique.

Le 5 mars 1953, date de la mort de Staline, doit donc être considérée comme la date de la pérennité de l’État arménien.

Zaven Gudsuz
zaven471@hotmail.com

Témoignage de sa fille :

« L’hémorragie gagnait le cerveau. Les dernières douze heures, le manque d’oxygène devint évident. Son visage devenait de plus en plus noir. L’agonie fut terrible. Il étouffait sous nos yeux. À un moment, vers la fin, il ouvrit soudain les yeux pour envelopper tous ceux qui l’entouraient. Ce fut un regard horrible, entre la démence et le courroux, plein d’horreur face à la mort et aux visages inconnus des médecins penchés sur lui. […] Et soudain – chose incompréhensible et terrifiante que je ne comprends pas encore aujourd’hui, mais que je ne puis oublier – il leva sa main gauche. On aurait dit qu’il indiquait quelque chose là-haut et qu’il nous maudissait. »

Svetlana Allilouïeva – Lettres à un ami.

« Chacun était susceptible de se retrouver du jour au lendemain agent de tel ou tel pays impérialiste au gré de l’imagination fertile de Staline. »

Anastase Mikoyan – Souvenirs.

ARMÉNIE SOUS LES GRIFFES DE CORONAVIRUS

La veille du 75ème anniversaire du souvenir de l’écrasement du nazisme et avant le défilé militaire du 24 juin 2020 sur la Place Rouge de Moscou, le Président russe Vladimir Poutine a rédigé une lettre ouverte dont vous trouverez ci-après un passage.

« Churchill a écrit dans un message adressé à Staline le 27 septembre 1944 que c’était ˵l’armée russe qui avait fait sortir les tripes de la machine militaire allemande.” Cette évaluation a trouvé écho dans le monde entier, parce que ces mots résument cette grande vérité que personne ne remettait alors en question. Presque 27 millions de Soviétiques ont péri sur les fronts et en captivité chez les Allemands, sont morts de faim et sous les bombardements, dans les ghettos et les fours des camps d’extermination nazis. L’URSS a perdu un citoyen sur sept, le Royaume-Uni un sur 127 et les États-Unis un sur 320. »

Durant la Seconde guerre mondiale, l’Arménie avait fourni 600.000 soldats et officiers à l’Armée Rouge parmi lesquels 300.000 sont tombés sur les champs de bataille de Stalingrad jusqu’à Berlin. À Berlin, ce sont les soldats arméniens du général Tamanyan qui hissèrent le drapeau de l’URSS au sommet du Bundestag.

Le 24 juin 2020, à Moscou, eut lieu un grand défilé militaire pour célébrer le 75ème anniversaire de la victoire sur l’Allemagne nazie. Bien que le Premier ministre d’Arménie, Nikol Pachinian n’ait pu y assister en raison de la pandémie du corona virus, un corps d’armée d’Arménie participa à la commémoration sur la Place Rouge à Moscou.

L’épidémie de la COVID19 n’ayant pas épargné l’Arménie, le gouvernement avait pris des mesures drastiques pour empêcher la propagation de la maladie. On pouvait dire que le pays se trouvait en état de guerre. Les autorités sanitaires étaient-elles à la hauteur pour mener à bien cette lutte contre un ennemi invisible à propos duquel mêmes les sommités mondiales ont peu de connaissances ?

Profitant de la situation dramatique du pays, les députés opposés à la politique du Premier ministre Pachinian multiplièrent leurs attaques contre le gouvernement, accusant les responsables du pays d’être incapables de juguler l’évolution de la maladie. En agissant de la sorte et en affaiblissant le gouvernement arménien, les opposants politiques ne jouent-ils pas le jeu de l’Azerbaïdjan qui n’attend qu’un prétexte pour attaquer de nouveau le pays ?

La première attaque émana d’un représentant du parti « Arménie Lumineuse ». Aux paroles agressives succédèrent des actes violents dans l’enceinte du parlement dont les images furent retransmises à la télévision.

Le lendemain, Nikol Pachinian prit la parole devant les députés et présenta la situation du pays. Il est à noter que depuis la Révolution de Velours, le gouvernement a changé et que toutes les réformes se sont faites dans le calme, sans effusion de sang. Le seul objectif des dirigeants reste l’amélioration du niveau de vie de la population, l’assainissement des finances publiques et la lutte contre la corruption.

Ce combat mené depuis quelques années a permis non seulement de redorer l’image de l’Arménie auprès des instances internationales, mais également de recevoir des investissements étrangers. Cependant, en observant l’attitude véhémente de certains députés, le Premier ministre avoua qu’il avait perdu une bataille ouvrant ainsi une brèche dans laquelle s’engouffra le président du parti « Arménie Prospère » en réclamant la démission de Pachinian sous prétexte de son incapacité à résoudre la crise du corona virus.

Ces opposants sont pour certains des hommes qui se sont engraissés durant l’époque soviétique et post-soviétique en accumulant des fortunes considérables sur le dos du peuple. Que dire de ces politiciens véreux qui ne sont en réalité que des sangsues monstrueuses laissant la population exsangue pour leur seul profit ?

Que penser de ce parti « Arménie Lumineuse » qui par son esclandre au Parlement arménien a définitivement éteint le phare qui commençait à briller dans le monde entier ?

Souhaitons que l’Arménie puisse se débarrasser au plus tôt de ces parasites bien enfouis sous les couches de la corruption, mais bien plus nuisibles semblent-ils que le coronavirus.

Nersès Durman-Arabyan
Paris — Juin 2020

La guerre hybride gréco-turque *(1)

Les relations entre la Grèce et la Turquie ne sont pas au beau fixe ; c’est le moins que l’on puisse dire. La Turquie, pays de plus de 80 millions d’habitants, puissance régionale incontestable et qui se rêve en grande puissance, mène une politique agressive à l’égard de ses voisins. Cette politique, qualifiée de néo-ottomane depuis l’accession au pouvoir de Recep Tayyip Erdogan, prend des formes diverses, suivant les circonstances.

Cependant, une constante caractérise le comportement turc envers la Grèce : la pression permanente, sans relâche et sans répit. Une guerre hybride menée par la Turquie depuis des années.

L’instrumentalisation par la Turquie des migrants est le dernier épisode en date. En poussant, début 2020, des milliers d’entre eux vers la frontière grecque (maritime et terrestre), Ankara renforce considérablement la pression sur Athènes ; tout le monde a encore en tête les images de centaines de milliers de migrants débarquant sur les côtes des îles grecques de la mer Égée, avec son lot de drames…

Nombreux sont les analystes en géopolitique qui penchent vers l’existence d’un plan fomenté par les différents services turcs, maintenant une attitude agressive à l’égard de la Grèce.

Au-delà de l’instrumentalisation des migrants, la Turquie mène une autre attaque coordonnée et parallèle contre la Grèce. Il s’agit de la diffusion massive et ciblée d’informations dans les médias occidentaux, notamment ceux des Etats-Unis, du Royaume-Uni, de l’Allemagne et de la France, avec l’intention de déstabiliser la Grèce, en la décrédibilisant et en la présentant comme un pays hostile aux droits de l’homme et au droit d’asile.

Il s’agit d’une guerre qui ne dit pas son nom. La Turquie, par le lobbying et la désinformation tente de nuire à la Grèce, tentant par la même occasion de cacher ses propres insuffisances sur le respect des droits de l’homme, de l’État de droit, de la liberté de la presse et d’expression ; un soft power agressif en quelque sorte, qui essaie d’inverser la situation.

Ces fausses informations étaient relayées et appuyées par le sommet de l’État turc, au moment où la multiplication d’informations dans la presse était à son apogée. De cette manière la décrédibilisation de la Grèce s’accompagnait d’un « crédit » à l’égard de la Turquie et de ses dirigeants (en tout cas, c’était l’objectif turc).

Ce soft power du lobbying et de la diffusion de fausses informations, est utilisé en complément au hard power que constituent dans ce cas précis, les migrants. Et ce n’est pas un hasard si la grande majorité de ces migrants, qui se sont déplacés vers la frontière turco-grecque à l’appel du gouvernement turc, étaient des Pakistanais, des Afghans ou encore des Maghrébins. Les Syriens étaient bizarrement absents…

Les fausses informations qui ont circulé concernaient, entre autres, la mort par un tir grec d’un migrant, les tirs à balles réelles de la police et de l’armée grecques contre les bateaux des migrants, les vols purs et simples des biens des migrants, les trafics en tout genre, etc, etc…

De nombreux migrants ayant témoigné dans les médias (surtout occidentaux) étaient trop bien informés et capables de manier à merveille les ficelles de la communication pour être totalement exempts de suspicion d’être manipulés ou manipulateurs.

Sur ce point, un article du New York Times *(2) , daté 10 mars 2020, est un modèle du genre : il faisait état de « camps de détention secrets » opérés par les autorités grecques et d’utilisation de tirs à balles réelles, sur la base d’un témoignage d’un réfugié syrien. Ensuite, le journal a été obligé de rectifier car le « réfugié syrien » avait en réalité un passeport turc !

La stratégie du gouvernement turc est, à mon sens, évidente : « constituer des abcès aux portes de l’Europe » et « organiser régulièrement des intrusions » afin de maintenir la pression et le climat de guerre contre la Grèce et la pression permanente sur le vieux continent.

L’objectif étant toujours le même : obtenir le plus possible tant au niveau économique et financier que politique avec un éventuel soutien face à la Russie (aussi bien sur le front syrien que libyen).

D’ailleurs, les demandes de Recep Tayyip Erdogan auprès de Bruxelles ont été claires : obtenir plus d’aide économique pour faire face au problème des réfugiés, obtenir la libéralisation des visas d’entrée dans l’Union européenne pour tous les citoyens turcs et, enfin, débloquer les négociations d’adhésion de la Turquie dans l’UE avec, dans un premier temps, l’ouverture de cinq chapitres de l’acquis communautaire. Ce dernier point mérite une petite explication supplémentaire : les cinq chapitres demandés par la Turquie sont ceux que la République de Chypre bloque unilatéralement car la Turquie ne reconnait pas Chypre et n’applique pas l’Union douanière qu’elle a avec l’Union, à Chypre. Cela équivaut à une demande turque d’écarter Chypre et d’ignorer l’existence de l’occupation turque de la partie nord de l’île, territoire, rappelons-le, faisant partie de l’Union européenne.

Une autre information importante sur les migrants vivant en Turquie n’a pas fait l’objet de la couverture médiatique qu’elle méritait : non seulement la Turquie laisse (ou plutôt, pousse) les migrants à se rendre à la frontière grecque, mais également elle déploie des renforts pour empêcher la Grèce de repousser les migrants.

La grande crainte de l’Union européenne, et surtout des pays situés en première ligne, c’est-à-dire les pays frontaliers de la Turquie, c’est d’avoir à affronter une agression turque. En clair, la crainte de la Grèce et de Chypre, c’est que la Turquie, en proie à de problèmes internes – économiques et politiques – et en proie à des problèmes au niveau de ses interventions extérieures où elle a récemment connu la défaite, ne cherche à tout prix à obtenir un succès militaire, une victoire « extérieure ».

*(1) D’après un article de l’auteur, paru dans Europe & Orient, No 30, janvier-juin 2020.

*(2) ‘We Are Like Animals’: Inside Greece’s Secret Site for Migrants

Charalambos Petinos
Historien et écrivain

Επικοινωνία – Contact : info@diaspora-grecque.com

http://diaspora-grecque.com/modules/altern8news/article.php?storyid=6602

24 AVRIL 1915 GÉNOCIDE DES ARMÉNIENS

LA RECONNAISSANCE ET UNE JUSTICE ÉQUITABLE POUR NOS MORTS

L’existence des Arméniens est avérée dès 721 avant Jésus Christ avec le royaume d’Ourartou. A son apogée, en 70 avant Jésus Christ, le royaume d’Arménie s’étendait jusqu’au royaume de Judée. Pendant des siècles, les royaumes d’Arménie, ou les principautés arméniennes coexistèrent aux côtés des grands empires romain, parthe ou perse. Dès l’an 301, l’Arménie avait opté pour le christianisme comme religion d’État. Dans le tumulte des guerres régionales, elle fut envahie par les Perses, les Mamelouks, les Russes et les Turcs. Ce n’est qu’au 12ème siècle que les Turcs regroupés en deux tribus « Ak koyunlular » les Moutons Blancs et « Kara Koyunlular » les Moutons Noirs venant d’Asie Centrale firent leur apparition en Anatolie. Au fil des conquêtes, ils déployèrent leur mainmise sur trois continents, l’Europe, l’Asie et le nord de l’Afrique, qu’ils érigèrent en Empire Ottoman sur plus de 2 millions de Km².

En 1915, durant la Grande Guerre qui opposait l’Allemagne, l’Empire austro-hongrois et leur allié l’Empire Ottoman à la Russie, l’Angleterre et la France, le gouvernement Jeune Turc décida d’ arrêter, de spolier, d’ exécuter les notables arméniens de Constantinople puis de déporter les Arméniens d’Anatolie vers les camps de concentration de Syrie .

Le 25 octobre 1917, la révolution bolchevique éclata en Russie sous l’impulsion de Lénine. Le tsar destitué, le régime passait sous l’autorité du parti communiste. Suite à ces bouleversements, les soldats russes qui occupaient le Caucase et une partie de l’Arménie orientale regagnèrent leurs foyers, sans prendre leurs armes. Cela permit aux Turcs de récupérer tout le matériel militaire laissé sur place par leurs ennemis.

Avançant progressivement, l’armée turque récupérait les terres arméniennes délaissées par les Russes. Dans ses mémoires, le général turc Kâzim Karabekir écrivit que, dans chaque village arménien traversé et abandonné par ses habitants, ses soldats trouvaient des vivres en quantité abondantes et pouvaient se reposer dans les maisons. Il avoua que, sans cela, son armée n’aurait pu faire un pas de plus.

Après l’armistice, la première République d’Arménie fut créée le 28 mai 1918 avec la bénédiction des Turcs, de l’Europe et des États-Unis.

Dans son livre de La République d’Arménie édité en 1928, Simon Vratsyan rapportait entre autres que : « D’Erevan (capitale de l’Arménie), les canons turcs étaient visibles. L’Arménie était devenue exsangue ; la moitié de la population était composée de rescapés des massacres. »

Le 29 novembre 1920, l’Arménie rentrait dans le giron Soviétique.

Pendant 70 ans, les Arméniens connurent un âge d’or, malgré les atrocités du régime stalinien. Après l’implosion de l’URSS, la République d’Arménie fut constituée, le 21 septembre 1991.

A ce jour, une trentaine de pays au Monde a reconnu le Génocide des Arméniens mais la Turquie continue à nier cette vérité historique.

À l’époque, si les Turcs avaient agi intelligemment après l’éclatement de l’Empire Ottoman, débarrassés de leur nationalisme dévastateur pour mettre en œuvre un État Fédéral composé de Turcs, d’Arméniens, de Kurdes, de Grecs et de Juifs, l’Anatolie serait devenue un paradis au Moyen Orient. Il aurait largement dépassé la Suisse.

Les peuples du Monde doivent comprendre que leurs différends ne peuvent se régler par des guerres. C’est en générant les liens directs et solides, et par de franches discussions que les problèmes seront à jamais résolus.

Nersès Durman-Arabyan
Antony – 8 mai 2020

L’HISTOIRE DES JUSTES TURCS

Le 5 mai 2020, Nouvelles d’Arménie Magazine a publié en ligne un article intitulé « Les Justes Turcs, un trop long silence » est un documentaire du journaliste Romain Fleury (ci-dessus), diffusé ce 25 avril à 21h à la RTBF. Il raconte l’histoire de ces Turcs qui, faisant face aux ordres de massacres des Arméniens en 1915, décidèrent de désobéir. Ils se sont élevés contre l’injustice, au risque de leur vie. Descendant d’une famille arménienne sauvée par des Justes, le narrateur exhume ces histoires d’entraide, nées au cœur de la barbarie, avec l’aide de Laurence d’Hondt (ci-dessous). Cela fait plus d’un siècle que la Turquie refuse de reconnaître sa responsabilité dans le génocide arménien et (…)

Nous attirons l’attention du public sur le fait que le 10 juin 2018, l’association MAFP avait partagé un article d’un journaliste turc, publié dans le journal Marmara d’Istanbul. La version française fut diffusée par nos soins, il y a 2 ans. Malheureusement aucun média arménien en France n’avait daigné s’en faire écho ; aujourd’hui, cela revient sous le titre des « Justes Turcs ».

Force est de constater que dans notre communauté nous n’avons pas une représentativité digne de ce nom car nous sommes systématiquement ostracisés quel que soit le sujet abordé. Une certaine presse se préoccupe davantage de ses intérêts personnels que l’intérêt général.

Après le Génocide des Arméniens de 1915, les rescapés installés en France depuis 4 générations n’ont toujours pas réussi à dépasser leurs querelles intestines et à s’organiser pour faire valoir une vraie représentativité dans le pays. Le Génocide a trop souvent été utilisé comme tremplin par les partis politiques et les fractions d’associations communautaires.

Nersès Arabyan-Durman
Antony, le 6 mai 2020

Agop Terzan – In Memoriam

Il avait les yeux dans les étoiles

L’astrophysicien, Jacques Agop Terzan vient de les rejoindre pour l’éternité. 
Né à Istanbul en 1927, il avait obtenu son baccalauréat en sciences mathématiques et astronomiques en 1945.

Titulaire d’une maîtrise en astronomie en 1949 et d’un doctorat de l’Université de Lyon en 1965, il découvrira des centaines d’étoiles, dont Terzan 5 et Terzan 7 (en 1968).

Il était membre du Comité national d’astronomie Français et de l’Union astronomique internationale (UAI).

Il nous a quittés le 4 avril 2020.

Nous adressons nos sincères condoléances son épouse Marie Ange, et à ses enfants Laurence, Frédérique et Richard.

Nersès Durman-Arabyan
Paris, le 5 avril 2020

Patrick Devedjian – In Memoriam

Le 28 mars 2020, nous avons appris avec tristesse le décès de Patrick Devedjian, ancien maire d’Antony et Président du Conseil Départemental des Hauts-de-Seine.

Quelques jours auparavant, hospitalisé à l’Hôpital Privé d’Antony, il saluait le dévouement du corps médical dans sa lutte contre le Coronavirus.

Né en 1944, Patrick Devedjian était avocat au barreau de Paris. Membre du RPR, dont il fut le porte-parole, puis de l’UMP, il était l’un des proches de Jacques Chirac et de Nicolas Sarkozy.

Élu député de la 13ème circonscription des Hauts-de-Seine et maire d’Antony, il restera toujours fidèle à ses origines

Présent aux commémorations du 24 avril lors desquelles nous avions le plaisir de le rencontrer, Patrick Devedjian était un ardent défenseur de la cause arménienne. On se souvient de son vibrant discours au Palais Bourbon lors de l’adoption de loi par laquelle la France reconnaissait en 2001 le Génocide des Arméniens.

Soutien du Fonds Arménien de France, il participera à des initiatives de développement économique en Arménie. La communauté arménienne de France perd un de ses plus grands représentants ; l’Arménie un de ses fils ; la France un homme politique courageux et engagé.

Nous adressons nos sincères condoléances à son épouse Sophie, à ses enfants et à ses petits-enfants et à toute sa famille.

Nersès DURMAN

1937 RÉFÉRENDUM DE HATAY [1] 2020 RÉFÉRENDUM DE CHYPRE ?

Le 22 juillet 1974, les forces armées turques attaquèrent l’île de Chypre et occupèrent 30% du territoire du pays.  Faisant fi de la décision du Conseil de Sécurité de l’ONU de libérer les terres conquises, les autorités d’Ankara continuèrent à installer des colonies turques sur les territoires chypriotes occupés. Cette partie de l’île proclama son indépendance et forma un gouvernement turc de Chypre. Depuis plus de 45 ans, Chypre reste coupée en deux.

Dernièrement, le président de la République Turque de Chypre, Mustafa Akinci a eu un entretien avec un journaliste anglais du Guardian ; il lui a fait des révélations sans précédent provoquant une indignation dans les milieux gouvernementaux de Turquie :

« En définitive, la Turquie désire avaler la république turque de Chypre en la réduisant à un département de Turquie, lui (Mustafa Akinci) ne deviendra pas un deuxième Tayfon Sökemen, président de la République de Hatay, quand en 1937 la Turquie organisa un référendum et transforma la République de Hatay en un département de la Turquie. »

Suivant les réflexions de Mustafa Akinci, il nous semble qu’afin de réunir les deux communautés de Chypre, grecque et turque, les autorités mixtes veulent mettre sur pied une République Fédérale de Chypre composée de deux gouvernements. Or le désir de la Turquie serait d’organiser un référendum dans la communauté turque de Chypre pour annexer la République turque de Chypre et pourquoi pas l’ensemble de l’île ?

Après le Génocide des Arméniens de 1915, avec 1,5 millions de victimes, certains rescapés continuaient de vivre sur leur sol natal au milieu des ruines de leurs églises et de leurs écoles détruites mais précieusement conservée car elles étaient les vestiges d’un passé millénaire en particulier dans le sandjak d’Alexandrette.

Cette région aujourd’hui connue sous le nom de « Hatay » où vivaient encore, en 1937, des Arméniens profondément attachés à leurs terres d’origine fut offerte à la Turquie. Cependant, Hatay conservait un statut de territoire autonome, c’est la raison pour laquelle, les autorités turques voulurent organiser un référendum pour annexer cette région ; elles escomptèrent obtenir l’adhésion des Arméniens de cette région. Une personnalité arménienne devait servir d’agent de liaison entre le pouvoir turc et le prélat de l’église arménienne. L’intermédiaire prit donc rendez-vous avec Monseigneur Kevork Arslanyan et lui transmit le vœu des autorités turques afin d’obtenir les votes des Arméniens lors du référendum. Il était explicitement demandé aux prêtres de se prononcer pour la Turquie lors des prêches et des homélies pendant les messes du dimanche dans les églises. Profondément ulcéré par cette requête, Monseigneur Kevork Arslanyan refusa d’accéder au souhait des autorités turques. La nouvelle du refus du prélat se propagea dans la ville de Hatay.

À cette époque, un pharmacien arménien du nom de Mihran Bursaliyan effectuait son service militaire dans l’armée comme officier (son fils Hamparsum fut mon camarade de classe à l’école arménienne d’Istanbul). Tout à fait par hasard, ce pharmacien entendit des rumeurs selon lesquelles un attentat se préparait contre Monseigneur Kevork Arslanyan.  Sans perdre une minute, Mihran Bursaliyan se précipita au domicile du prélat et lui conseilla de quitter rapidement le pays. Monseigneur Arslanyan accepta la proposition. Mihran Bursaliyan fit fabriquer un cercueil dans lequel Monseigneur Arslanyan s’allongea et, dans la nuit, le cercueil scellé fut transporté en Syrie. 

En 1940, un journal arménien fut distribué gratuitement dans la communauté arménienne de Hatay mais cela est une autre histoire.

Nersès D.- Arabyan
Paris le 23/02/2020

[1] Dans les livres de géographie des écoles de Syrie Hatay est désigné comme un territoire Syrien.

Version arménienne