CHARLES GÉRARD N’EST PLUS

Nersès Durman-Arabyan

Arrivé en France en 1948, je résidais, durant ma période estudiantine, au Pavillon arménien de la Cité Universitaire du boulevard Jourdan à Paris dans le 14ème.

En tant que membre de l’association sportive arménienne appelée HMEM, nous nous réunissions tous les dimanches dans un stade situé dans le quartier de Cadet à Paris 9ème. Après leur échauffement, les garçons jouaient au Volley Ball, les filles au Basket.

Notre équipe de Volley était composée de jeunes de 18 à 25 ans. Certains noms me reviennent en mémoire comme ceux de Charles Gérard, Aram Karniguian, Antranik Alekian, Puzant Arabian, Yertvart Djénazian, Daronyan. Mais j’ai malheureusement oublié nos autres co-équipiers.

Un jour d’entrainement au stade, Aram Karniguian manqua à deux reprises son service. Très en colère, Charles Gérard l’interpella en arménien : « Dzo hayvan sa toppe chidak nédé » qui une fois traduit donnerait quelque chose du genre : « Eh abruti envoie ce ballon correctement ». Aram qui était issu d’une famille de fins lettrés en langue arménienne lui répondit sans se démonter : « Baron, hayvan yes tchem ayl toukek », ce qui se traduirait par : « Monsieur, sachez que l’abruti ce n’est pas moi mais bien vous », une réponse qui provoqua une grande hilarité chez Charles qui adorait déjà les belles répliques.

Je me souviens également d’une autre anecdote comique concernant Charles Gérard. Alors qu’il rendait visite à une de ses parentes, Mme Kazazian, rescapée du génocide des Arméniens, au cours du repas cette dame demanda à Charles s’il avait enfin trouvé du travail et comme ce dernier répondit par la négative, elle lui déclara sèchement qu’à son âge les hommes devaient tirer du pain de la pierre (c’est-à-dire qu’ils devaient travailler dur et gagner leur vie), ce à quoi Charles rétorqua de façon narquoise qu’en l’occurrence,  lui, il trouvait parfois des pierres dans le pain.

Après tant d’efforts néanmoins, Charles accéda à la reconnaissance dans le cinéma, il pouvait ainsi répondre à Mme Kazazian que lui aussi avait réussi à extraire du pain de la pierre.

Un jour, après un match de Volley, Charles m’invita à déjeuner dans un restaurant et, sachant que j’étais étudiant en électricité, me proposa un travail. En effet, Charles Gérard était déjà bien introduit dans les milieux télévisé et cinématographique. Il savait qu’on avait souvent besoin d’un électricien sur les plateaux ; il souhaitait que je rejoigne l’équipe technique.

Cependant, mon camarade Antranik était beaucoup plus apte à accepter cette offre, étant très proche de sa famille, je n’ai pas voulu prendre une place qui aurait pu lui revenir ; j’ai donc refusé la proposition de Charles.

Un dimanche, alors que nous devions célébrer le soir l’anniversaire de l’Arménie soviétique à la salle Pleyel, nous jouions le matin même face à une équipe de la préfecture de police de Paris. Malheureusement, nous avons perdu le match mais pouvions-nous l’avouer à la direction du HMEM qui faisait partie du comité d’organisation de la soirée d’anniversaire avant la cérémonie au risque de gâcher la fête ? Notre équipe s’est présentée à la soirée en disant que nous avions porté haut les couleurs du HMEM. Cher Charles Gérard, tu nous as quittés aujourd’hui, mais ton souvenir restera vivant dans nos cœurs.

Antony, le 21 septembre 2019
Nersès Durman-Arabyan

Armen-Progrès change de forme

Évolution oblige, notre site change également. Nous allons adopter une forme de Blog pour plus de lisibilité et de visibilité.

Cela va demander un peu de temps.

Mais nous savons d’ores et déjà que nous y gagnerons en communication.

À très bientôt.

NELLY DURMAN-PARSEGHIAN

Méditation d’un Mekhitariste

Une langue avec ses subtilités et ses tournures de phrases est très difficile traduire dans une autre langue. La langue arménienne fait partie de cette catégorie. Néanmoins, nous présentons ci-joint une traduction française en espérant respecter l’esprit de la version originale.

Cordialement
Nersès

Il y a quinze ans, Nelly alliant vitalité, beauté et vertu fut victime sur son lit d’hôpital d’un assassin sournois tapi dans l’ombre qui, détruisant son corps, la conduisit de vie à trépas.

Mais son esprit comme son souvenir rayonnent comme un flambeau ardent dont la lumière éclaire la mémoire de sa famille et celle du grand cercle de ses amis.

Trad. Serge-Eric Durman
Paris, le 2 juillet 2019

Requiem pour Vartan OZINIAN

Samedi le 12 octobre 2019 en la Cathédrale Arménienne de Paris
Communiqué de la Mémoire des Arméniens de France pour la Postérité  MAFP

REQUIEM

Vartan Ozinian

L’Association des anciens Elèves du Lycée arménien Guétronagan d’Istanbul, section Paris, fait célébrer un Office de Requiem pour l’âme de son feu président, M. Vartan H. OZINIAN, à l’occasion du 40ème Jour de son décès, en union avec la sœur du défunt, Mme Marie Karakachian.

Le samedi 12 octobre 2019, à la fin de la Messe de 11 heures,en la Cathédrale Arménienne, 15 rue Jean Goujon, 75008 Paris.

Ce jour coïncide avec la Fête des Saints Traducteurs Arméniens (ceux qui ont inventé l’alphabet et traduit la Bible au début du 5ème siècle).

Le Défunt avait coutume de célébrer cette Fête solennellement par l’intermédiaire de son Association. Aussi, en souvenir et pour perpétrer cette coutume, ladite Association fait célébrer en même temps un office de requiem pour les âmes de tous les fondateurs, bienfaiteurs, proviseurs, enseignants et élèves du Lycée Guétronagan.

A la même occasion, Mme Marie Karakachian, ainsi que les familles Kevorkian et Tchilinguirian font célébrer l’office de requiem pour les âmes de tous leurs défunts.

La Turquie coincée entre les S-400 russes

La politique évolue parfois étrangement que le public n’y comprend plus grand-chose. Les ennemis d’hier deviennent les amis d’aujourd’hui et vice-versa.

Pour mémoire :

  • Membre de l’OTAN depuis février 1952, la Turquie, en est une solide composante. Entre 1950 -1953 lors de la guerre de Corée, elle a envoyé plusieurs contingents sur zone.
  • Le 2 juillet 1974, la Turquie envahissait la République de Chypre ; elle occupe jusqu’à aujourd’hui la partie nord de l’île où elle a installé une République fantoche.
  • Le 24 avril 1915, les Turcs avaient arrêté, déporté et assassiné plusieurs centaines de notables arméniens de Constantinople. Les noms de ces martyrs sont connus et sont désormais inscrits dans les archives historiques de la République d’Arménie. Après les massacres et les déportations des Arméniens sur leur sol natal, leurs maisons ont été récupérées par les Kurdes. Ce peuple vivait sur les terres de l’Arménie occidentale, entre l’Iran, l’Irak et la Syrie.

    Sous l’Empire, le « Hamidiyé Alayi » composé de Kurdes assurait la sécurité du sultan ; il fut utilisé par le pouvoir turc pour spolier les Arméniens. Dans les années 30, les Kurdes s’organisèrent pour faire valoir leur identité et leur droit à l’autonomie. Ils formèrent des organisations politiques comme le PKK, le parti des travailleurs du Kurdistan qui eut pour chef Öcalan. Celui-ci fut arrêté par les autorités turques, jugé et condamné à mort le 15 février 1999. Cependant, sa peine fut commuée en détention à perpétuité car, en tant que candidat à l’adhésion à l’Union Européenne, la Turquie ne pouvait exécuter un condamné. Depuis cette lors, Öcalan est emprisonné dans une île-prison dans la mer de Marmara.

    Contrairement aux Turcs, les Kurdes ont présenté aux Arméniens leurs excuses pour les crimes commis par leurs aïeux.

    • Le 20 mars 2003, lors de la guerre contre l’Irak, la Turquie ne donna pas l’autorisation aux Américains d’utiliser la base militaire d’Incirlik qu’elle leur avait loué pour faire décoller leurs bombardiers. Les Américains furent obligés d’emprunter un autre itinéraire pour leurs opérations.

Avec la bénédiction de l’Occident, le parfum du Printemps arabe embrasa l’Afrique du nord de la Tunisie jusqu’à la frontière de la Libye. Toutefois, les événements prirent une autre tournure ; la Libye fut un morceau plus dur à avaler ; le peuple était malgré tout attaché à son autoritaire dirigeant. Par conséquent, il fallut avoir recours à l’OTAN pour briser l’armée libyenne. À la suite de cette intervention, le président Kadhafi fut assassiné.

Après l’intervention de l’OTAN en Libye, le vent de la révolte traversa l’Égypte pour atteindre la Syrie le 15 mars 2011. Le printemps arabe échoua face à Bachar El Assad, président syrien. Ennemi de la Syrie, la Turquie ouvrit grand ses portes aux réfugiés syriens qui fuyaient les bombardements. Bachar El Assad avait signé avec la Russie des accords tant militaire que d’assistance technique et commerciale. Pour les Américains, ce morceau syrien fut indigeste. Profitant de l’opportunité de cette guerre, la Turquie mena plusieurs attaques contre les communautés kurdes à la frontière du pays.

Si les sites touristiques méditerranéens de Turquie attiraient de nombreux touristes russes chaque année, un événement inattendu vint troubler cette situation. Le 24 novembre 2015, un avion militaire russe fut abattu à la frontière de la Syrie et son pilote tué. Les rapports entre la Russie et la Turquie devinrent difficiles. L’assassinat de l’ambassadeur russe, Andreï Karlov, à Ankara le 19 décembre 2016 provoqua l’arrêt des relations diplomatiques entre les deux pays. Jadis, un tel événement aurait déclenché une guerre entre les deux pays.

Afin d’aplanir les tensions, la Turquie présenta ses excuses aux Russes. La géopolitique prenait le dessus sur ces événements et les rapports entre les deux pays se sont améliorés.

Membre de l’OTAN, la Turquie avait commandé 100 unités de F-35 américains le 28 août 2017. Les militaires turcs suivaient une formation spécifique pour piloter ces bombardiers. Entre temps, Ankara avait également commandé, le 12 septembre 2017, des fusées S-400 russes, efficaces intercepteurs de missiles et de bombardiers.

Les États-Unis s’opposèrent cette transaction, en exerçant un chantage sur la livraison des F-35 à la Turquie et en suspendant la formation des pilotes. En revanche, les militaires turcs s’entraînaient au maniement des S-400 russes. La Turquie se trouva entre les S-400 russes et les F-35 américains.

Par ruse, la Turquie pourrait gagner sur les deux tableaux. Ne conclurait-elle pas un accord avec les Américains en leur transmettant le secret de fabrication des S-400 russes qui avaient fait leur preuve au front pour contrer les performances des F-35 américains et nuire à leur vente sur le marché mondial ?

Voilà ci-après, une partie du document relevé le 28 juin 2019 dans Sputnik France dans la rubrique international « Erdogan confirme que Trump comprend les motivations de la Turquie concernant les S-400 russes.  En effet, en ce qui concerne les S-400, Monsieur Trump connaît très bien les soucis de la Turquie et pourquoi nous avons besoin de ce système et comment nous sommes arrivés à cet point », a tenu expliquer Recep Tayyip Erdogan.

Avant d’ajouter :

« Je crois que notre rencontre avec le Président américain lors du sommet du G20 sera important pour surmonter le point mort dans nos relations bilatérales et renforcer notre coopération.»

La fin de la livraison des S-400 en Turquie et la formation de spécialistes turcs par des militaires russes est prévue pour la fin de l’année 2019.

Nersès Durman-Arabyan
Antony, le 28 juin 2017

ARRÊTER L’HORLOGE DE L’APOCALYPSE !

Notre professeur d’astronomie nous disait souvent : « Si les êtres humains avaient conscience de la fragilité de la croûte terrestre, ils ne dormiraient pas la nuit. »
Ces propos ont déjà plus de 70 ans, date à laquelle les hommes n’exploitaient pas autant les entrailles de la Terre.

Nersès Durman-Arabyan

La superficie globale de la Terre est de 510 millions de Km² dont 360 millions sont constitués par les océans.

Il y a environ 20.000 ans, le niveau de la mer était à 130 m au-dessus du niveau actuel. Composé de fer dur et pur solide, le noyau de la Terre est recouvert de différentes couches de substances liquides et gazeuses. Cet ensemble est renfermé sous la croûte terrestre faite de plaques tectoniques qui glissent les unes sur les autres, provoquant des tremblements de terre.

Sur une longueur de 6.500 Km suivant la ligne de fracture de la plaque tectonique océanique, une chaîne de volcans crache en permanence des gaz et autres substances à 2.500 m de profondeur. Si la température de l’eau est de 5 à 6 °C à 100 m de cette zone, à 2.500 m de profondeur la température de l’eau monte à plus de 80 °C. C’est la condition idéale pour cuire un œuf en quelques minutes.

En 2010, l’explosion d’une plateforme pétrolière dans le Golfe du Mexique avait causé la mort de 10 personnes. Le pétrole avait jailli d’une profondeur de 1.200 m où la pression de l’eau sur la bouche du puits était de l’ordre de 120 bars, rendant impossible de colmater la fuite ; le pétrole se trouvait à 10.000 m de profondeur.

Les multiples extractions de pétrole et de gaz se pratiquent tant en mer que sous terre. Cette énergie exploitée dans plusieurs pays représente une manne pour chacun d’entre eux, sans oublier le profit des compagnies pétrolières.

À la recherche de nouveaux moyens de forage pour produire plus, l’homme joue avec le feu. Il ne recule devant rien pour conserver son mode de vie. Afin d’extraire du gaz de schiste et ne plus déprendre du pétrole, certains pays pratiquent le fractionnement des roches dans des profondeurs impressionnantes. Il est à craindre qu’à force de triturer les entrailles de notre Terre, l’homme brise le fragile équilibre de la Nature tout en polluant les nappes phréatiques.

Alibi des écologistes, même le recours à certaines énergies renouvelables comme l’éolien industriel est un leurre, car plus préjudiciable à l’environnement pour un résultat infime.

Que dire de l’empoisonnement des terres cultivables par les produits de l’industrie chimique qui tuent à petit feu le sol, la faune et les plantes, les agriculteurs et les consommateurs.

N’a-t-on pas fait de la Terre un enfer ?

Nonobstant le danger créé par l’homme pour ses intérêts personnels, il met par extension en péril l’avenir de l’humanité entière.

Que les bombes atomiques détenues par plusieurs États puissent détruire plusieurs fois la Terre est une notion bien ancrée dans les esprits. Et beaucoup se polarisent sur ce type de destruction massive lors d’une dernière guerre qu’elle soit limitée ou totale entre deux puissances nucléaires.

Il est nécessaire dans cette optique que tous les protagonistes de ce mortel scénario s’assoient autour d’une table pour négocier un moratoire sur la prolifération atomique et le risque de guerre en travaillant pour la Paix. L’argent dépensé pour le réarmement serait plus utile, s’il était consacré au bien-être des populations. Les pays qui n’ont pas subi les horreurs de la guerre sur leur sol ne se rendent pas compte de la gravité de cette situation.

Entre le péril nucléaire et la dégradation graduelle de notre Nature pour préserver notre train de vie, nous devons agir avec intelligence.

À ce jour, c’est plutôt l’ambition, l’appât du gain ou la folie meurtrière qui ont guidé des hommes de pays dits civilisés pour mettre le monde à feu et à sang en 1939 ou le contaminer en larguant des bombes atomiques sur des populations civiles ou en utilisant des armes à uranium appauvri.

Notre Terre est un cadeau précieux, il faut la protéger fussent au prix de quelques sacrifices par chacun d’entre nous ; et transformer cet Enfer que nous avons généré en un Paradis que tous espèrent.

Nersès Durman-Arabyan
Antony, le 9 mai 2019

BEN KİM İM ?

Azınlıklarımı canım gibi koruyan

Avrupa Birliğinin giriş sahnesini gözleyen

Kıbrıs adasını çatlatan

Aya Sofya Kilisesinde namaz kılan

Cami kubbesini siper alan

Minareyi de kılıç gibi kullanan

Eski Sovyet, Türk ülkelerini birleştiren

Türk Imparatorluğunu kurmaya gayret eden 

Irak – Suriye petrolına hakim olmaya amaçlayan

Suriye’de Rusyanın uçagını yere indiren

BEN RECEP TAYYIP ERDOĜAN

    • Karada kaplan
    • Denizde kaptan
    • Havadan atan

Var mı bana yan bakan?

Nerso
Avril 2019

WHO AM I?

Protecting in all good conscience my minorities

Wholeheartedly hoping for my country to integrate the European Union

Continuing to divide the island of Cyprus into two parts

Preferring to use St Sophia Cathedral to pray

Taking shelter under the dome of mosques as a shield

Using the minarets as my swords

Advocating unification with the Turkish speaking republics of the Former Soviet Union

Eager to reestablish a new Turkish Empire

Seizing the oils of Iraq and Syria

Shooting down the Russian bomber in Syria

I RECEP TAYYIP ERDOĜAN

    • A tiger on the Earth
    • A pirate of the seas
    • An assailant of the skies

Is there someone who can look at me with suspicion?

Nerso
Avril 2019

QUI SUIS- JE ?

Erdogan

Protégeant de toute mon âme mes minorités

Espérant de tout cœur l’entrée de mon pays dans l’Union Européenne

Continuant à couper l’île de Chypre en deux

Préférant la Cathédrale Sainte Sophie pour prier

M’abritant sous la coupole des mosquées comme sous un bouclier

Me servant des minarets comme épées

Prônant l’unification avec les anciennes républiques turcophones de l’ex-union soviétique

Désireux de rétablir un nouvel Empire turc

Désireux d’approprier le pétrole irako-syrien

Abattant un avion russe à la frontière Syrienne

RECEP TAYYIP ERDOĜAN

    • Un Tigre sur la Terre
    • Un Écumeur des Mers
    • Un Aigle dans les Airs

Y-a-t’il encore quelqu’un qui puisse me regarder de travers ?

Nerso
Avril 2019

MAFP COMMUNIQUE

Le Génocide des Arméniens a débuté il y a 104 ans par la rafle des intellectuels arméniens de Constantinople.

Le plan d’extermination des Arméniens par ses bourreaux n’aura pas réussi à effacer l’existence de tout un peuple. Malgré l’horreur, l’Arménie est toujours là, debout, plus forte encore. Et les Arméniens n’oublient pas les leurs, tombés dans les déserts, sans sépulture.

Le 13 avril 2019 à 16h30, dans le Parc de Sceaux (Antony), lors d’une cérémonie du souvenir devant l’Aigle d’Arménie (œuvre de Toros), nous avons déposé une gerbe en nous inclinant devant la mémoire de nos martyrs.

Le 18 avril 2019, nous avons offert à la Cathédrale Arménienne un carton de cartes postales pour la collecte du sang afin qu’elles soient distribuées par les jeunes de Paris, Lyon et Marseille. Ces cartes postales avaient été éditées lors du 100ème anniversaire du Génocide des Arméniens et diffusées au mois d’avril 2015.

Le 23 avril 2019, nous avons envoyé ces mêmes cartes postales :

À Monsieur président de la République Française

À Monsieur le Premier ministre

Aux présidents de groupes politiques de l’Assemblée Nationale

Aux présidents des groupes politiques du Sénat

Aux directeurs des journaux de Paris, Marseille, Lyon et au journal Haratch

Et à l’Établissement Français du Sang (EFS)

Nous les avons également adressées aux Ambassades et Consulats des pays suivants :

Arménie, Uruguay, États-Unis, Brésil, Cuba, Venezuela, Liban, Syrie, Jordanie, Égypte, Israël, Australie, Canada, Argentine, Belgique, Suisse, Italie, Serbie, Grèce, Chypre, Espagne, Portugal, Royaume-Uni, Pays-Bas, Danemark, Suède, Allemagne Fédérale, Autriche, Iran, Géorgie, Chine et Russie.

Vous trouverez ci-inclus un message de nos amis grecs et chypriotes pour le 104ème anniversaire du Génocide des Arméniens. Depuis 1974, le tiers de l’Ile de Chypre est soumise à l’occupation de l’armée turque.

Nos amis grecs et assyro-chaldéens furent également les victimes des massacres de masse organisés par le même bourreau, celui des Arméniens.

Nersès Durman-Arabyan
Antony le 25 avril 2019